60e FESTIVAL du JAZZ CLUB de SAINT-LEU

12 et 13 juin 2021-06-21

Le Jazz Club de Saint-Leu-la-Forêt a présenté les 12 et 13 juin son 60e Festival.

La première édition a eu lieu en 1962, créée par André MULLER, à peine deux ans après le Festival d’Antibes Juan les Pins, qui date de 1960, mais longtemps après ceux de Nice (1948) et Cannes (1958).

 

Le 12 juin à 20 heures, nous avons accueilli le « FIVE O’CLOCK JAZZ GROUP », dirigé par Jacques BENHAMOU, formation bien connue des scènes parisiennes de jazz dont le Petit Journal Saint Michel.

2021-06-12 Five O'Clock Jazz Group 6.jpg

Musiciens

 

Marc BENHAMOU : piano

Jacques BENHAMOU : sax alto et soprano

Bénédicte LÉCROART : vocal

Frédéric BONNEAU : contrebasse

Jean-Michel VIENNEY : clarinette, sax

Fanfan RÉAU : batterie

Philippe GIBRAT : trombone, vocal

Laurent BAJATA : guitare, banjo, vocal

Invité : Jean-Jacques DELAUNAY : chant 

Le répertoire de cet orchestre est vaste et éclectique puisqu’il va du jazz traditionnel de la Nouvelle Orléans aux années Duke Ellington et Benny Goodman.

Les musiciens de cet orchestre sont des vrais amateurs professionnels et ont communiqué leur enthousiasme au public grâce à leur musique très swing. Jacques BENHAMOU, sax soprane et alto, était entouré de Jean-Michel VIENNEY à la clarinette et au sax ténor, Philippe GIBRAT au trombone, Laurent BAJATA à la guitare et au banjo, Marc BENHAMOU au piano, Frédéric BONNEAU à la contrebasse et Fanfan RÉAU à la batterie.

La partie vocale était assurée par Bénédicte LÉCROART, et le crooner Jean-Jacques DELAUNAY, lequel a rendu un hommage à Franck SINATRA, en interprétant de nombreux thèmes de son répertoire.

Le 13 juin après-midi, ce fut au tour de la formation « Pères et fils », Dany DORIZ – Michel PASTRE  de séduire le public saint-loupien par le dynamisme de ses musiciens.

Pères et fils etc 44-51-03.jpg
 

Musiciens

 

Patrice GALAS : piano

Dany DORIZ : vibraphone

Gilda SOLVE : vocal

Michel PASTRE : sax tenor

Didier DORISE : batterie

César PASTRE : orgue

Dany DORIZ, vibraphone virtuose, émule de Lionel Hampton, avec plus de 60 ans de carrière, est la référence mondiale au vibraphone jazz swing, il a partagé la scène avec les plus illustres solistes du monde (Scott Hamilton, Clark Terry, Harry Sweet Edison, Bob Wilber…)

Michel PASTRE, saxophoniste ténor talentueux dont le phrasé et la sonorité sont dans la lignée des grands saxophonistes de l’âge d’or du jazz.

Ils étaient accompagnés par leurs fils respectifs, Didier DORISE à la batterie, et César PASTRE à l’orgue, ainsi que Patrice GALAS au piano. Par ailleurs, il convient de souligner la prestation remarquable de leur chanteuse américaine originaire de San Francisco, Gilda SOLVE, qui entraina le public avec charme et talent. Et pour terminer le concert en beauté, elle interpréta « Route 66 » en duo avec sa fille Anaïs. C’est qu’il n’y a pas eu que « pères et fils », mais aussi « mère et fille » !

Ce week-end a été empreint d’une émotion certaine puisque c’était la dernière fois que le Jazz Club de Saint Leu organisait son festival de jazz dans la salle de la Croix blanche où avaient joué depuis une soixantaine d’années les plus grands noms du jazz français : Guy Lafitte, Claude Bolling et ses grandes formations, Claude Luter, Maxim Saury, Marc Laferrière, les Haricots rouges… Mais aussi du jazz américain : Memphis Slim, Harry Sweet Edison, Rhoda Scott, Wallace Davenport… 

 

La salle de la Croix Blanche résonnera encore de la musique de jazz pour notre prochain concert, qui aura lieu le 17 octobre, en attendant la construction, dans notre ville, de la nouvelle salle de spectacle qui verra le jour dans environ trois ans.